<< Retour aux actualités

25/11/2015 - Rassurés de ne plus se sentir seuls face à leurs difficultés

 

Interview de Marie-Andrée Luherne, Secrétaire Générale de la FDSEA

La FDSEA du Morbihan n’a pas pour unique mission la défense collective des intérêts de ses adhérents, elle a fait le choix aujourd’hui de renforcer son action par de l’accompagnement individuel dans le cadre de la prévention des difficultés.

En effet, à partir d’un certain niveau de difficultés, l’entreprise ne pourra pas solutionner seule ses problèmes et il ne faut pas laisser le chef d’entreprise livré à lui-même.

 

 

Pourquoi lancer cette initiative ?

M.-A. LUHERNE : Nous avons constaté au niveau de la FDSEA du Morbihan que trop d’agriculteurs se retrouvent isolés face à leurs difficultés et n’osent pas demander de l’aide. Nous sommes bien conscients aujourd’hui que le nombre d’agriculteurs devant faire face au quotidien à des problèmes de trésorerie est bien supérieur à ce qui nous est annoncé de part et d’autre. L’isolement de nos agriculteurs n’est pas acceptable, encore moins dans notre réseau syndical. Ils n’endossent pas pour autant la responsabilité de leur situation aujourd’hui. Pour nous, il était indispensable de mettre en place un accompagnement qui permette aux exploitants d’obtenir de l’aide en toute confidentialité.

La FDSEA du Morbihan met donc à disposition de ses adhérents ses trois animatrices, qui sont accompagnées de Maryline BESSAGUET, chargée de mission FNSEA spécialisée dans l’accompagnement de la prévention et du traitement des difficultés des entreprises.

Plusieurs réunions d’informations ont déjà été organisées par la FDSEA et plusieurs dossiers individuels sont actuellement accompagnés par la FDSEA de manière confidentielle.

Comment est-elle perçue par les agriculteurs ?

M.-A. LUHERNE : Suite aux réunions mises en place dès le mois d’août, les agriculteurs ont saisi l’opportunité de pouvoir faire le point sur leur situation actuelle et à venir.

Près d’une vingtaine d’exploitants ont saisi à ce jour la Fdsea du Morbihan et demandé à faire le point sur leur exploitation.

La FDSEA du Morbihan a mis à disposition 3 collaboratrices sur ce type d’accompagnement, en charge chacune d’un secteur géographique bien défini, ce qui facilite la réactivité, et le premier contact.

De plus, le premier rdv est inclus dans la cotisation, ce qui encore une fois, ne peut que faciliter la démarche, et rassurer l’exploitant.

L’accueil est positif. Les adhérents se disent « rassurés de ne plus se sentir seul face à leurs difficultés », ce sont leurs mots.

Cet accompagnement nous permet aussi de recréer du lien avec les structure et accompagnements déjà en place (associations agriculteurs en difficultés et chambres consulaires).

Nous organisons des réunions communes et dirigeons, si nécessaire, les exploitants vers ces structures.

Comment sensibiliser pour que les agriculteurs anticipent les difficultés ?

M.-A. LUHERNE : Ce qu’il est utile de rappeler à l’exploitant, c’est que c’est lui qui doit décider de son avenir, de l’avenir de son exploitation et lui seul !!!

L’exploitant est avant tout un chef d’entreprise. Personne ne doit penser à sa place et prendre les décisions à sa place. S’il doit prendre une décision engageant le devenir de son entreprise, il doit prendre la décision en toute connaissance de cause, il doit en connaitre les tenant et aboutissant.

Il doit s’avoir ce qui lui arrivera et obtenir toutes explications sur  les différentes possibilités qui s’offrent à lui.

Le législateur a créé un certain nombre de procédures amiables (Mandat AD HOC, Conciliation, Règlement Amiable Agricole) et collectives judiciaires qui peuvent apporter des solutions aux exploitations.

 Il faut simplement expliquer les choses aux exploitants, afin de dédramatiser l’accès à ces procédures, notamment amiables, qui existent uniquement pour aider à la restructuration et à la pérennité  de l’entreprise.